The COMM

Rencontre : Le fandom des idols

L’atmosphère est électrique dans la foule chaleureuse d’une salle de spectacle d’Akihabara. L’excitation est à son comble et les penlights1 brillent impatiemment dans le noir. Soudain, la scène s’illumine ! Les fans tendent le cou pour mieux voir. Un tonnerre d’applaudissements éclate dans la salle. Derrière chaque idol ase trouve des fans dévoué⋅e⋅s et lors des concerts, tout le monde est uni par une seule chose : l’amour des idols. Les musicien⋅ne⋅s ont des fans à travers le monde, mais la passion des fans d’idols ferait pâlir d’envie n’importe qui.

1Bâton lumineux que l’on agite lors de concerts.

Pourquoi les idols donnent-elles autant envie aux fans de faire la queue pendant des heures pour les voir se produire ou de dépenser tout leur argent dans des produits dérivés et en billets de concert ? Simplement parce que vous pouvez les rencontrer ! Les célébrités qui ne sont pas des idols apparaissent parfois à la télévision et se produisent en direct, mais on a rarement l’occasion de les voir en face à face. Lors d’un concert d’idols, les fans sont invité⋅e⋅s à rencontrer leur membre préféré.

Image avec la permission de Fotolia.

« Des idols que vous pouvez rencontrer » : la devise du légendaire groupe AKB48 est devenue la référence en matière d’idols dans tout le Japon. Le but de chaque groupe d’idols est de répandre la joie. Beaucoup sont inexpérimentées et peuvent chanter faux ou s’essouffler rapidement pendant leur prestation, mais ces traits de caractère attachants et leur persistance sont les clés de leur succès. À la fin de leur performance au stade olympique national de Tokyo, Kanako Momota (leadeuse de Momoiro Clover Z) a déclaré : « Nous voulons être les meilleures pour vous faire sourire. Même si les choses ne vont pas bien dans votre vie, j’espère que vous souriez dès que vous nous regardez. »

Pour les fans comme Paida, une idol « divertit et élève les autres avec son travail acharné et son charme… et elle fait connaître son parcours afin que les gens puissent témoigner de leur dévouement et la soutenir ». Tout le monde peut être une idol, sans distinction de nationalité ou de sexe, et c’est ce qui les rend si attachantes. En fait, Paida aime tellement les idols qu’elle a décidé d’en devenir une ! Elle voit des similitudes entre elle et son oshi (idol préférée), Karin Miyamoto, de Juice=Juice. « Je suis très extravertie et un peu folle aussi… », dit Paida et leurs fans les acceptent telles qu’elles sont. Pour Paida, ses fans se sentent comme un groupe d’ami⋅e⋅s à qui elle peut donner des conseils et avec qui elle peut partager des mèmes.

 

Image avec la permission de KLabGames and Bushiroad.

Certains groupes d’idols vivent, respirent et mangent dans le monde virtuel. Mais quel est l’attrait d’un groupe d’idols qui n’est pas réel ? Eh bien, Dani, fan de Love Live, explique que c’est la facilité d’accès qui fait toute la différence. Les vraies idols ne voyagent pas souvent à l’étranger, mais vous pouvez regarder ou écouter des idols virtuelles n’importe quand. De plus, elles animent également des lives questions/réponses qui sont d’excellentes opportunités pour interagir avec elles.

Lors des événements d’idols, les fans peuvent chanter, sauter et être elleux-mêmes sans se faire juger. Fangirling tout⋅e seul⋅e n’est pas amusant, alors Dani aime se rendre aux événements pour discuter du dernier single du groupe ou débattre sur quel membre est le plus mignon. « Nous sommes tou⋅te⋅s là ensemble parce que nous aimons tou⋅te⋅s les anime, nous aimons les vraies idols derrière l’écran. Oui, nous avons tou⋅te⋅s nos favori⋅te⋅s, mais nous partageons tou⋅te⋅s la même joie et la même excitation ».

Les fans introverti⋅e⋅s qui n’ont pas vraiment d’ami⋅e⋅s peuvent se libérer de leur stress quotidien avec des personnes qui sont sur la même longueur d’onde. « La plupart des fans que j’ai rencontré⋅e⋅s, même s’il⋅elle⋅s semblent calmes ou discret⋅ète⋅s au début, sont très désireux⋅ses de parler de leur membre préféré, sous-unité, chanson ou concert favori », explique Dani.

« Plus vous achetez de CD, plus vous passez
de temps avec votre idol préférée… »

Le fan service, les handshake events, les produits dérivés sont des éléments essentiels de la culture du fandom des idols japonaises. Le fan service consiste essentiellement à passer du temps avec une idol. Il consiste à serrer la main de votre idol trois secondes, à recevoir des câlins de votre idol préférée, et à essayer de ne pas vous évanouir ou pleurer avant de la remercier de vous avoir sauvé la vie ! La participation à un handshake event est réservée aux fans qui achètent les CDs en édition limitée. Plus vous achetez de CD, plus vous passez de temps avec votre idol préférée, et les fans sérieux⋅ses en achètent par milliers.

« Personne n’a besoin d’autant d’exemplaires d’un CD et je connais beaucoup de fans qui en achètent bien plus que ça pour voir leur oshi », admet Michaela, fan d’AKB48. Pour Michaela, le coût des produits dérivés en vaut la peine, car il existe des éditions spéciales comme les penlights pour les concerts. Les fans étrangers ne sont pas toujours en mesure de se rendre aux concerts, alors le fait d’agiter un objet de collection aux couleurs de leur idol bien-aimée leur donne le sentiment de faire partie de quelque chose.

Vous n’êtes pas intéressé⋅e par des lumières clignotantes ? Les idols sortent régulièrement des livres photos et Michaela aime collectionner ceux qui lui permettent d’avoir un aperçu de la garde-robe de son idol préférée. « Les groupes AKB48 et SKE48 ont tous deux sorti des livres et c’est un vrai plaisir à regarder ». Les costumes resplendissants des idols, les jeux de lumière élaborés et les détails donnent l’impression aux fans d’aller dans un parc d’attractions.

・・・

Les idols japonaises incarnent la vertu du travail acharné et ont une fanbase dévouée au cœur de tout ce qu’elles entreprennent. Elles prouvent qu’il n’y a rien de mal à ne pas être parfait⋅e, du moment qu’on fait de son mieux ! Quel fan ne voudrait pas partager ce message avec de bon⋅ne⋅s ami⋅e⋅s auxquel.le.s il⋅elle peut vraiment s’identifier ?

 

Écrit par Ash, traduit par Adèle.
Image présentée avec la permission d’AKS.

Post a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *