The COMM

Room tour : jeunesse, identité et style alternatif

Rien de plus exaltant que de recouvrir les murs roses de votre chambre de princesse d’enfance par du noir mat. Peut-être que votre mère, qui vous soutient toujours, a souri jusqu’aux oreilles en voyant son enfant développer une personnalité. Votre père, en revanche, a froncé les sourcils. Une aversion pour le décor gothique, à n’en pas douter. Vous aviez tellement hâte de faire visiter votre chambre que vous avez invité votre meilleur·e ami·e. Il ou elle a exploré les posters d’anime placardés sur le plafond avec de la patafix, les albums de groupes dont vous êtes fan et les rideaux en dentelle Ikea.

Depuis, vous avez essayé divers styles de décoration. Il y a eu le sanctuaire de Twilight avec son jus de canneberge pour faire comme s’il y avait du sang. Puis c’est devenu une chambre psychédélique avec une explosion de couleurs, quand le noir est devenu trop terne pour vous. Cependant, l’espace entre le lit et le mur renfermait vos secrets les plus profonds et les plus sombres : des journaux intimes pleins de prose à l’eau de rose et le poème d’amour d’un ex. Chaque itération de votre chambre a exprimé qui vous étiez dans un espace sur lequel vous aviez un contrôle presque total.

 

Image avec la permission de The Fader.

La chambre constitue un refuge pour la communauté. C’est là où se sont créés les bons et les mauvais moments. Les périodes heureuses et tristes passées dans nos chambres ont permis d’acquérir l’expérience qui fait de la communauté ce qu’elle est aujourd’hui. La chambre est la toile que la communauté utilise pour raconter l’histoire de sa vie.

La plupart d’entre nous ont commencé à explorer et expérimenter dans leurs chambres parce que c’était le premier endroit qu’ils et elles ont pu appeler le leur. Les murs sont généralement les premiers dégâts collatéraux de l’expression précoce des adolescent·e·s. On y trouve des purikura, des crush sur des célébrités, des pages de magazines et des dessins éparpillés sur tous les coins du mur, telle une gallerie d’art égarée. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la mode alternative, la chambre constitue le seul endroit privé où l’on peut totalement s’exprimer dans la maison. Vos parents et frères et soeurs ne comprennent pas toujours pourquoi vous avez délibérément déchiré vos collants ou coupé vos longs cheveux. De la même façon, vous ne comprenez pas pourquoi chaque pièce de votre maison, à part la vôtre, est beige (brr).

 

Image avec la permission de Design Corral.

La base de l’adolescence est d’avoir des adultes qui vous traitent comme des enfants mais qui s’attendent à ce que vous vous comportiez comme des adultes. Ils toquent à votre porte pour respecter votre vie privée mais ils font fi du panneau “Défense d’entrée” sur la porte et font irruption quand même ! Pour la communauté, les chambres représentent un lieu d’exploration de son style alternatif et de ses loisirs à l’abri des regards indiscrets. Lire des manga, regarder des anime ou encore rejoindre un forum de mode kawaii nécessite d’être dans un espace de confiance. Lire un yaoi devant ses frères et soeurs ou ses parents ? Non merci !

Il faut garder à l’esprit que la plupart de la communauté est tombée sur les anime ou les modes Harajuku en surfant sur internet avec un ordinateur fixe ou portable. Et pour des raisons pratiques, le bureau est devenu un portail pour se connecter avec ses ami·e·s en ligne et publier des fanfictions. Des stylos Hello Kitty et des autocollants Sailor Moon se sont glissés sur un bureau qui ne sert plus seulement qu’à faire ses devoirs. Les photos qui ornent le mur au-dessus du bureau évoquent des souvenirs de conventions d’anime, de tea party lolita et de sorties avec des ami·e·s irl.

Il vous aura fallu des semaines d’économies de votre argent de poche, mais la panoplie de vêtements qui empêche votre placard d’habits de se fermer est une lettre d’amour à vos marques japonaises préférées (vous ne pouvez pas y aller physiquement, mais vous pouvez toujours acheter en ligne). Des jupons pendent triomphalement sur des cintres roses. Les jeans sont mis en boule et fourrés dans un trou noir derrière le mur de dentelle. Si votre garde-robe pouvait parler, elle ne dirait qu’une chose : « Regardez ! Voilà ce que j’aime et voilà qui je suis ».

 

Image avec la permission de @Angel Marie via Tumblr.

Il est important de s’entourer de nos loisirs, de mode et de souvenirs, car ils nous aident à nous échapper pendant les périodes sombres et entrer dans des espaces de confiance. Vous souvenez-vous de votre premier chagrin d’amour ? Quand les paroles blessantes de votre ex vous ont donné l’impression que vous ne seriez plus jamais heureux et heureuse ? Et quand un inconnu s’est moqué de vos bottes compensées aux couleurs arc-en-ciel ? Votre oreiller s’est retrouvé noyé sous les larmes. Cependant, entre deux sanglots, les polaroïds sur votre mur vous rappelaient l’existence de la communauté. Alors vous avez lancé votre chanson préférée, pris une tenue que vous n’aviez jamais portée et dansé comme si personne ne regardait… parce que, eh bien, personne ne regardait.

La dualité de nos chambres en tant que refuges fait partie intégrante de la communauté de la mode alternative. Ce n’est pas seulement quatre murs et un lit. Si une chambre n’était qu’un endroit pour dormir, nous ne changerions pas l’emplacement des meubles aussi souvent. Une chambre transcende vos expériences de vie, car elle vous protège contre vents et marées.

 

Écrit par Ash, traduit par Lola.
Image présentée avec la permission de Tokyo Fashion.

Post a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *