avina kei issue 6 fr

Avina-Kei

Porter la mode de rue japonaise n’était pas ma première incursion dans le fait de se démarquer de la foule. J'ai grandi dans une petite ville rurale où il n'y avait presque pas de lampadaires et j'étais la seule enfant indienne dans un rayon de 25 kilomètres. Cela a mené à une enfance où je devais constamment corriger les idées fausses, remettre en question les normes et faire pression pour être acceptée.

Garder la tête basse était une tactique de survie quand vous étiez le seul enfant à la peau foncée  dans une petit collège juste après le 11 septembre. Mais le week-end, avec un groupe d’amis partageant les mêmes idées, j’ai commencé à m’essayer à la mode de la rue que j’adorais tellement.

En conséquence, ma famille est devenue de plus en plus inquiète lorsque j’ai exprimé mon intérêt à imiter mes looks préférés de FRUiTS au collège.

Cela m’a amené à porter plus souvent la mode lolita à l’université. Mais il a fallu plus longtemps encore pour arrêter de rejeter fermement mes racines indiennes. Je ne voulais pas être considérée comme quelqu’un qui était «trop fier» de son héritage au cas où cela conduirait au harcèlement. J’ai exprimé du dégoût lorsque des gens m’ont appelé «la lolita indienne».

Mais quelques années plus tard, j’ai commencé à vouloir récupérer mon héritage. À une époque où il semble que tout le monde porte un bindi à Coachella, je voulais vraiment montrer que les vêtements sud-asiatiques sur les corps sud-asiatiques étaient également importants! Et je voulais mélanger cela avec la mode alternative que j’ai appris à aimer dès mon adolescence.

Maintenant, la plupart de mes tenues intègrent un aspect de ma culture. Qu’il s’agisse de marquages ​​et de maquillage traditionnels, de bijoux complexes ou de textiles familiers, je voulais pleinement épouser mon héritage coloré.

Une de mes choses préférées à faire est de porter des bijoux indiens. J’ai également porté des applications de dentelle sur les mains pour évoquer le look et la sensation du henné traditionnel, une méthode de coloration temporaire de motifs complexes sur votre corps.

Bien qu’une grande partie de ma principale inspiration en matière de mode ne vienne pas de l’Inde, mes tenues au fil des ans illustrent une chronologie d’appréciation croissante et de passion pour ma culture. L’expression de soi et l’amour de soi revêtent de nombreuses formes et il était excitant de voir la mode être le vecteur de ce changement en moi.

La beauté de la mode de rue est que ce n’est jamais le même processus ou la même évolution pour chaque personne. Il n’y a aucune pression à assimiler complètement et votre personnalité transparaît toujours dans ce que vous décidez de porter. Je ne peux pas séparer mon histoire de mes expériences vécues – et mon style personnel a grandi pour refléter cela.

Photographie: imPhotography (@imPhotography)

Related Posts:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *